• En ce samedi, la Coupe de France avait pris ses quartiers dans une région qui m’était inconnu mais terriblement magnifique, le Périgord….. Des paysages splendides, des châteaux partout,  des villages inscrits aux plus beaux villages de France nous faisaient découvrir une région qui mériterait d’être plus connu. Voila pour le coté touristique mais nous allions au Tour du Périgord pour tout sauf le tourisme. 160km en circuit avec un fort vent de sud et plusieurs bosses allait promettre une grosse course.

    Dès le départ, ca part dans tous les sens et je reste très prudent ne voulant pas louper la bonne. Je suis les coups, sort parfois avec plusieurs coureurs mais le peloton ne laisse rien sortir et le fort vent de face freine toute progression individuelle. Le peloton maigris au fil des tours et nous allons vite nous retrouver dans les 6 derniers petits tours de 10km avec une bosse de 1km à répétition.

    C’est ici que la galère commence pour moi…. En haut de la bosse, je casse mon dérailleur avant et ne peut plus pédaler. Obligé de changer de vélo ce qui me fait perdre beaucoup de temps et je repars en pleine « pampa » derrière la voiture du club. Au prix d’un gros effort, je pourrais rentrer une vingtaine de kilomètre plus loin mais avec un vélo trop petit pour moi qui me donne vite mal aux cuisses. Je m’accroche quand même jusqu’à ce que je perce de l’arrière ! Ce coup la, c’est fini, le peloton ne m’attendra plus. Je termine mon tour et m’arrête au camion n’ayant de toute façon plus rien à faire. En voulant changer la roue, je me suis entaillé le doigt dans la valve ce qui me vaut aujourd’hui une belle plaie mais surtout un gros hématome qui m’empêche toute pression avec le doigt, problématique pour changer les vitesses……

    Le reste de l’équipe jouera également bien le jeu d’équipe puisque Stéphane sortie un temps en échappé (au moment ou je cassais le dérailleur) servait de point d’appui à Fred Talpin qui terminera 2ème avant de lui aussi rendre les armes. Yannick, très marqué terminait 9ème et Baptiste 19ème ce qui assurait encore la victoire par équipe et confortait un peu plus notre leadership de la Coupe de France !

    Voila, un peu décu de terminer ainsi car les jambes étaient encore au RDV et je me sentais bien mais c'est ainsi, ca arrive et ca ne sera pas la dernière fois..

    Cette après midi, Dommartin les Cuiseaux ou les jambes risquent d’être très lourde et la fatigue du voyage importante…..


    votre commentaire
  • En ce 1er Mai, se courrait la 2ème manche de Coupe de France DN2 sur la rude épreuve de Bourg-Arbent-Bourg dans l’Ain et ses montagnes perché à la frontière du Jura. Un gros niveau comme d’habitude avec un objectif, marqué le plus de points pour le club !

    Dès le départ, ca part plein pot et les kilomètres s’avalent à vitesse infernale ! Personne ne parvient à sortir et ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Oui mais voila, normalement, le circuit ne comporte que 3 MG répertorié mais c’est sans compter sur les innombrable bosses de plus de 2km présente en début de course ! Un gros chantier pendant les 20 premiers kilomètres qui laissent envisager le pire ! En effet, au vue de ce que nous venons de monter, je crains que la journée soit très longue car les bosses sont raide et dans la première, il à fallu que je m’emploi pour suivre les premiers ! Le peloton perdra quelque élément en début de course mais le pire est à venir…

    En effet, dans le 1er MG répertorié, ca monte fort et un groupe prend les devants. On y retrouve notamment Fred Talpin quand aux restes de l’équipe, elle est présente dans le 1er peloton. En ce qui me concerne, j’ai de bonnes sensations dans la bosse et cela me permet de passer au sommet dans de bonnes positions. Au pied de la 2ème MG, on assiste à du grand Martinez qui sort seul et reviens sur les 8 de devant ! Personne ne pourra rien ! Moi, je reste bien placé et tente de prendre les contres puisque les sensations sont bonnes dans les montées. Durant tout le reste de la course et au fil des ascensions, nous allons prendre les contres et ne rien laisser sortir. La chasse est principalement assuré par Montauban mais à 30km de l’arrivée, il y’a 2’30 et les choses sérieuses commencent.

    Auber, puis Charvieux et l’Armée roulent pleine balle et fond fondre l’avance des hommes de tête comme neige au soleil ! 2’30 puis 1’ à 10km de l’arrivée ! Moi, je me bats pour rester placé et j’ai dans la tête de faire le sprint pour la 10ème place et ainsi essayer de marquer mes premiers points en Coupe de France. Cela faisait un sacré moment que je n’étais pas allée frotter pour un sprint massif et j’avoue que j’ai vite compris pourquoi ! En effet, les 10 derniers kilomètres sont hyper tendu puisque ca frotte énormément et tout le monde veux rester devant ! Je monte, me fait enfermer, redescend puis refait un effort pour me replacer c’est la folie ! Les 3 derniers kilomètres je n’en parle même pas. Ce n’est qu’un jeu ou il faut jouer des coudes, éviter les chutes, les écarts et jouer des coup de casque pour garder sa place ! Bref je parviens à me débrouiller et à aller accrocher une bonne 28ème place synonyme de mes premiers points en Coupe de France !

    Devant, la saga Martinez continue puisque il l’emporte et que Fred Talpin termine 6ème ! Grosse journée pour le Creusot qui empoche 155pts et qui prend du même coup la tête de la Coupe de France au grand bonheur de notre DS !

    Très content de moi donc d’une part car j’avais de bonne sensations pendant toute la course et ensuite parce que j’ai pu aller me mettre en confiance pour sprinter et accrocher mes premiers points ! La semaine prochaine, direction la 3ème manche de Coupe de France au Périgord avant le lendemain le prix de Dommartin les Cuiseaux, pour le Fun (car je serais surement fatigué du voyage).

    Ciào

    photos dans la semaine....


    votre commentaire
  • Juste ces quelques mots pour vous dire que je suis bien arrivée en Roussillon sous un superbe soleil mais avec un peu de vent. Les kilomètres s’enchainent le matin tandis que les après midi sont propices au repos et aux promenades en famille. J’ai pu ce matin montée à la Tour Madelloc et ses 2 derniers kilomètre à plus de 23% (j’ai du poser pied à terre ! ). Une vue magnifique m’y attendait avant un retour ou j’ai pu notamment me remémorer les terrible bordures des 1ères courses au soleil de l’an passé. Demain matin, je partirais pour une grande sortie en allant titiller les Pyrénées avant d’aller me prélasser sur la plage et trempé les jambes dans la mer, histoire d’avoir une récupération optimal !

     

    Vue magnifique en haut de la Tour Madelloc

    Les mouttes sont de la partie :)


    1 commentaire
  • Le départ sera donné avec 5min de retard en signe de protestation contre le non remboursement des frais de route.....

    Dès le départ, 8 hommes partiront !

    Nous on tente de réagir soit en attaquant à tour de rôle..........

    Soit on roulant

    Et dans la bosse d'arrivée, à chaque fois ca flingue !

    Dans le dernier tour, un groupe avec Yannick sortira

    Mais ca sera Drujon qui levera les mains !

    Chrisopher prend la 2ème place du peloton

     


    votre commentaire
  •  

    Hier, je prenais le départ de la 1ère manche de la Coupe de France DN2 à Buxerolles en Poitou-Charentes dans la banlieue de Poitiers. 150 coureurs venus de toute la France sur un circuit très exposé au vent et une bosse qui allait faire mal, à l’arrivée, au fil des tours.

    Dès le départ, 8 hommes partent et bizarrement le peloton laisse faire. Personne ne réagit et l’écart grandi ! Mais après 5km, changement de direction et la première bordure de l’année arrivent ! Tout le monde veux être placé pour ne pas se faire piéger et ca frotte pas mal pour garder sa place. Le retour s’effectuera vent plein dos à plus de 60km/h ! Je tenterais plusieurs fois de prendre des contres comme le reste de l’équipe mais malgré 6km à 3, le vent est trop important et face à un peloton entier, c’est mission impossible.

    Tout le reste de la course se déroulera comme ca. Ca roule à bloc pendant les bordures puis tout le retour vent de dos jusqu'à l’arrivée mais une fois le vent de face, ca se relève ce qui fait que l’on ne reviendra pas sur toutes les échappés. Dans le dernier tour, une bordure de 10 gars se forment pour rejoindre les 5 fuyards qui restaient et iront se jouer la gagne. Yannick présent dans le groupe échouera de peu à la 2ème place. Nous arrivons nous pour la 16ème place d’un sprint remporté par l’ogre Bergeret devant Agostini. Moi, pourtant bien placé, je craque au 300m et termine à une modeste 42ème place. Stéphane termine 29ème et ramène des points précieux permettent à Creusot Cyclisme de prendre la 4ème place par équipe !

    Un week end bien crevant donc ou je reste un peu déçu de ma prestation personnel malgré le faite que la distance de 180km ne m’ai pas posé de problème. Maintenant cap sur St Etienne Samedi avant Annemasse-Bellegarde le dimanche qui risque d’être plus que délicat !

     

    Ciào tout l’monde !

    Quelque photo dans la semaine....

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique